En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

Partenariat FNE Île-de-France et ECT en 2021

______

L'entreprise ECT réutilise les terres excavées des chantiers urbains pour réaliser, avec les collectivités locales, des des projets d'aménagement. Afin d'illustrer sa volonté de dialogue avce le monde associatif, ACT a conclu avec nous, en avril 2021, une convention de partenariat qui a permis de noubeux échanges. 

 

En mai dernier ECT a présenté, par visioconférence, son activité aux membre du groupe de travail « déchets » de FNE Île-de-France. A la demande d'Emmanuel Desert, président de l'association Breuillet nature, un focus est fait sur le projet de Bruyère-le-Châtel en Essonne. La société ECT prévoit de déverser sur une parcelle boisée, de presque 4 hectares, 90 000 mètres cubes de terres issues de chantiers, en vue de créer une zone d’agriculture bio. Les associations locales s’inquiètent de ce projet qui impacte une zone humide et souhaitent avoir des garanties quant à la nature des terres utilisées. Cela permet aux responsables d'ECT de détailler le protocole de suivi des terres excavées. Une visite du site est programmée.

 

Les visites de sites

La visite du site « Champs de la mare » à Bruyère-le-Châtel a lieu en juin. Nos associations locales exposent les griefs qu'ils ont exprimés dans un recours gracieux. Les représentants d'ECT donnent des explications techniques et détaillent le projet. Un dialogue s'instaure, au plus près du territoire. (compte-rendu disponible sur demande)

 

ECT.PNG

 

En juillet, la société ECT nous propose de visiter le site de Boissy-l'Aillerie dans le Val d'Oise. Ce qui suscite l'intérêt de notre fédération départementale, Val d'Oise environnement (VOE). Il s'agit de réhabiliter et de renaturer un site transformé en décharge sauvage. En six mois, 6 000 tonnes de déchets ont été déposés sur le site. Face à l'ampleur des coûts de réhabilitation, les pouvoir publics ont sollicité l'aide d'ECT. L'entreprise a proposé de financer l'évacuation et le traitement de 14 000 m3 de déchets. Puis d'aménager, en deux ans, les huit hectares libérés. Trois hectares de terrains agricoles seront créés, le reste du terrain étant planté.

Les membres de FNE Île-de-France qui effectuent la visite sont effarés par les montagnes de déblais en tous genres qui s'accumulent à flanc de vallée. Une dégradation du site qui pourrait devenir irrémédiable si aucune action n'était entreprise.

Lors de cette visite nous évoquons avec Reda Semlali, directeur des relations institutionnelles et des partenariats, une demande de l'association Chevannes patrimoine et environnement, membre de notre fédération de l'Essonne. Sur les 11 ha de l’ancienne pépinière de Chevannes, 1 250 000 tonnes de terres provenant des chantiers du Grand Paris vont servir de remblais pour l’aménagement d’un centre équestre.  Comme pour chaque site de stockage des déchets du Grand Paris, des inquiétudes existent sur la nature des déchets déposés, et il conviendra de réaliser des carottages pour s'assurer de leur caractère inerte. Toutefois, les travaux réalisés par ECT sont très avancés et le compte rendu de la visite effectué en octobre à Chevannes conclut : « au point où en sont les travaux, il n’est pas question de les abandonner ». (compte-rendu disponible sur demande)

Les relations entre les associations de défense de l'environnement et les grandes entreprises ne sont pas toujours simples. Notre rôle est de porter un regard critique sur les projets qui touchent à l'aménagement du territoire. C'est à nous que revient le « privilège » de poser les questions qui dérangent et parfois qui fâchent. Il n'en reste pas moins que nous nous félicitons qu'un dialogue soit instauré avec des industriels afin de prévenir d'éventuels impacts négatif sur notre environnement.

A l'heure où l'économie circulaire, que nous défendons depuis toujours, devient une évidence pour tous nous sommes heureux de pouvoir nouer une relation constructive avec ECT. Demain, lors de la révision du Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD),  nous tenterons à nouveau de produire ensemble des recommandations utiles pour l'avenir de la région Île-de-France.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter