En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

DÉCHETS
Grisy-Suisnes : Stockage de déchets inertes déguisée ?
______

liaison183 La Grange Le RoiLe domaine de la-Grange-le-roi, site remarquable mais en ruine, vient de faire l’objet d’une enquête publique pour le réaménager via le dépôt de terres excavées du Grand Paris suivi d’une reconversion « agricole ».

Le domaine, isolé du village célèbre pour être le berceau de la culture de la rose en région parisienne, est situé en bordure de la forêt domaniale de Coubert. De 1970 à 1990, le site subit d’importants aménagements décrits comme « opérations privées sans surveillance des pouvoirs publics » ! Puis, c’est l’échec des premiers projets de réhabilitation et une zone d'excavation de matériaux nécessaires aux travaux des lignes LGV.

En 1993, la création d'un golf génère l'apport de matériaux issus des grands chantiers franciliens dont les terres polluées du chantier du Stade de France. Par la suite, le terrain fait également l'objet de nombreux dépôts « sauvages ».

Le projet de réhabilitation

Sur 28,8 ha de ce site dégradé de 55 ha, des matériaux inertes issus des travaux du Grand Paris seront utilisés pour recouvrir, « confiner » les terres polluées et profiler le terrain afin de créer une plantation de noyers, un boisement de bois de chauffe et un glacis (durée annoncée des travaux cinq ans) :

  • les exhaussements auront une hauteur allant de 1 à 17 m maximum
  • le volume des apports de matériaux inertes est évalué à 1 300 000 m3 (soit 2 600 000 tonnes)
  • le trafic engendré par cet aménagement est estimé à 120 camions par jour en moyenne soit près de 27 % du trafic PL de la RD 471

La restauration du château et des dépendances fera l'objet d'un programme de rénovation du bâti spécifique ultérieur (durée annoncée dix ans).

Si on peut reconnaître qu'il est rare en Ile-de-France de reconvertir en terres agricoles des surfaces dégradées et que ces matériaux inertes ne seront pas déposés sur des terres agricoles de qualité comme c'est souvent le cas en Seine-et-Marne, on regrette cependant que la réhabilitation n'ait pas été orientée vers une exploitation prenant plus en compte les boisements existants de type arboriculture, voire agroforesterie. Ce projet mal défini sur le plan des exhaussements possibles permet tous les dépassements de dépôts de terre. La coloration agricole donnée au projet nous semble uniquement liée à une justification de ces dépôts.

La Grange-le-Roi, un dossier emblématique ?

Il existe en Ile-de-France de nombreux sites pollués, utilisés ou exploités par le passé de façon légale ou illégale, ayant ensuite été abandonnés après avoir fait l'objet, ou pas, de mesures de sécurisation.

L'utilisation ultérieure de ces sites pose les questions :

  • du coût économique de l'évacuation des terres polluées qui est mis en avant pour justifier la solution de leur « confinement » par l'apport de nouveaux matériaux.
  • de la recherche de sites destinés à recevoir les matériaux générés par les travaux du Grand Paris qui sont présentés comme une « opportunité » d’aménagement et de la notion de gagnant-gagnant mise en avant pour justifier des volumes utilisés.
  • de l’impact du transport des matériaux, en termes de trafic, endommagement du réseau routier, sécurité des autres usagers et incidences sur le réchauffement climatique.

Jane BUISSON
Administratrice de FNE Seine-et-Marne

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter