En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

15 associations demandent des éclaircissements sur le T4 Roissy

Lettre ouverte
_____

Malgré le péril climatique, la crise sanitaire, les conclusions de la Convention citoyenne sur le climat, la loi climat qui prévoit une interdiction des extensions d'aéroport et la demande de Jean-Baptiste Djebbari, ministre des transports, de revoir le projet de T4 à Roissy, ADP poursuit son projet climaticide. Le T4 permettrait une augmentation de 40% du trafic aérien, et des émissions qui vont avec !
FNE IDF s'associe à 14 assos pour demander au gouvernement que le flou soit levé sur le projet d'extension de Roissy.
Lire la lettre ouverte : https://cutt.ly/OkQJIX3

[Extrait] Le groupe ADP continue de préparer son projet d’extension de l’aéroport de Roissy en toute opacité alors que le Gouvernement a présenté une première version du projet de loi Climat dont l’article 36 entend transcrire la demande de la Convention citoyenne d’interdire les projets d’extensions d’aéroport, que les populations survolées en Ile-de-France alertent déjà sur les graves atteintes à la santé dues au bruit et à la pollution atmosphérique sous les couloirs aériens, et malgré la crise historique que traverse le secteur aéronautique.

L’été dernier, le Ministre délégué chargé desTransports, M.Djebbari, avait demandé une “révision” du projet de Terminal 4, méga-extension de Roissy pouvant accueillir jusqu’à 40 millions de passagers supplémentaires, soit plus que l’aéroport d’Orly. Aucune information n'a été transmise depuis aux associations et aux citoyen.ne.s sur la nature de cette “révision”, sur le calendrier d’une future enquête publique, ainsi que sur l’impact de l’article 36 du projet de loi Climat sur ce projet d’extension. Malgré nos questions répétées au groupe ADP et au Gouvernement, aucune réponse n’a été obtenue sur ces questions cruciales. Nous regrettons l’absence de visibilité sur les suites de ce projet et le flou entretenu par le Gouvernement sur ses intentions, alors que l’enquête publique doit constituer un moment d’expression démocratique dont les citoyens doivent pouvoir se saisir dans de bonnes conditions.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter