En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

À PARIS, LES ASSOCIATIONS VEULENT FAIRE ENTENDRE LEUR VOIX

______

Dans la perspective des prochaines élections municipales, FNE Paris a pris l’initiative de proposer aux associations parisiennes d’élaborer ensemble une vision partagée d’un Paris plus humain, plus respectueux de l’environnement, un Paris plus solidaire, à l’image d’une ville qui a toujours été ouverte sur le monde.

Les associations, quoique très mal reconnues par les autorités municipales, ont toujours occupé une place indispensable à la vie démocratique parisienne. Leurs combats sont riches entre questions sociétales et environnementales, histoire, culture, aménagement et conquêtes sociales : ce sont les habitants qui font la richesse de cette ville.

Nous ne nions pas les efforts des municipalités : rénovation de nombreux quartiers, lutte contre l’habitat insalubre et le tout-automobiles, mais la situation de Paris, au centre d’une agglomération de 9 millions d’habitants, reste fragile. Plusieurs indicateurs montrent qu’elle n’évolue pas, aujourd’hui, dans la bonne direction : baisse de population, fermeture de classes, dangers d’une « ubérisation » (RBNB) rampante aiguisée par la richesse et l’attractivité touristique de Paris. Par ailleurs, le rythme des attaques contre les espaces libres s’accélère, chaque semaine, des arbres sont abattus dans le dos des riverains.

La qualité de l’air et la pollution sont dangereuses pour la santé des habitants ; la question du logement, surtout, social, insoluble à l’échelle du seul Paris, reste structurelle. La vie quotidienne est dure pour les classes moyennes et les plus fragiles. Des quartiers comme la Goutte d’or, La Chapelle, Château rouge sont dans un processus de « ghettoïsation ». La grande pauvreté, témoin de la mondialisation, est installée pour longtemps dans les rues, les gares ou le métro.

 

Les dérives liées à la modification du PLU de Paris

La spéculation immobilière et foncière florissante, malheureusement accentuée par les derniers dispositifs réglementaires d’urbanisme, organise la chasse à tous les espaces disponibles et l’hyperdensification de Paris, ville déjà très dense, s'accroît ; la flambée des prix de l’immobilier en est le meilleur baromètre. Les espaces plantés d’arbres, les zones de respiration, les zones humides sont grignotés systématiquement et sans concertation.

 

Face à cette situation, FNE Paris a décidé d’attaquer la modification du PLU de la ville de Paris de 2016, car elle marque un tournant avec les grands principes du PLU adopté en 2007. Comme si, à l’heure du Grand Paris, Paris avait opté pour l’entre-soi et ouvert la ville aux grands investisseurs ; le marché des bureaux ne s’y est jamais aussi bien porté, les géants internationaux du commerce s’attaquent après les Halles (Unibail) et la porte de Versailles (tour Triangle) aux quartiers de gares (Montparnasse, gare du Nord), ceux du grand luxe étendent leur toile sur le centre de Paris (Fondations et LVMH). Malgré les engagements pris en 2008-2010, des bouquets de tours vont venir « fleurir » le paysage intra-muros de l’Est parisien ces prochaines années sans que ces sujets n’aient fait l’objet d’un débat à l’échelle métropolitaine.

Aussi, voulons-nous échanger collectivement entre associations parisiennes et définir huit ou dix sujets majeurs à défendre ensemble, aujourd’hui*, dans la perspective du prochain renouvellement, en 2020, des élus du conseil et de la mairie de Paris.

Faisons entendre notre voix !

 

Le bureau de FNE Paris

 

* Voir « Lettre de FNE Paris aux associations parisiennes, le Paris que nous voulons en 2020 » sur le site Internet fne-paris.fr




Logo Horizontal Ile de France RVB

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter