Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Lors de sa réunion du 13 septembre dernier à Lima, le CIO a pris la décision d’attribuer les Jeux olympiques et paralympiques 2024 à Paris, tout en annonçant le choix de Los Angeles pour l’édition de 2028.

FNE et FNE Ile-de-France ont publié, dans la foulée, un communiqué de presse commun qui insiste sur la nécessité « d’engagements structurants et globaux pour la transition écologique ».

 

Au conseil d'administration du 15 décembre 2016, FNE Ile-de-France a émis sur la candidature de Paris comme sur l'opportunité des Jeux en 2024 un avis « RÉSERVÉ assorti de conditions, un avis TEMPORAIRE et GLISSANT ».Position confimée en février et juin 2017.

Concertation et vigilance

La mission confiée en 2016-2017 à Muriel Martin-Dupray et Marc Ambroise-Rendu s’est déroulée en lien étroit avec les représentants des structures associatives concernées, SOS Paris, Environnement 92, Environnement 93, FNE Yvelines, FNE Seine-et-Marne. Les réunions de concertation avec le GIP Paris 2024, avec les collectivités territoriales de Seine-Saint-Denis et avec la Ville de Paris se sont succédées régulièrement.

Les opposants aux JO ont aussi été rencontrés pour prendre en compte les objectifs de leurs pétitions et manifestations.

Même le CIO, dont les représentants étaient de passage à Paris pour expertiser la candidature française, a pris le temps de recevoir, le 14 mai, FNE Ile-de-France qui a pu leur présenter les résultats de son enquête.

Enfin un mémorandum résumant les remarques et propositions de notre fédération et de ses associations a été remis officiellement, le 15 mai 2017, au GIP Paris 2024 et les points essentiels rappelés dans une lettre de la présidente en date du 13 juin dernier.

Des améliorations concernant l’aménagement des sites ont été prises en compte par le GIP dans le dossier de candidature suite aux remarques des associations.

Rester ferme sur nos positions

Le comité d’organisation des JO va se mettre en place. Nous serons vigilants sur le respect des engagements suivants :

- la poursuite de la concertation avec FNE Ile-de-France et ses associations à tous les niveaux et durant sept ans

- la participation des associations aux jurys des concours d’aménagement (piscine olympique, village olympique et village des médias)

- la communication du calendrier des épreuves test et la prise en compte de ces épreuves dans les études de l’IAU et de l’APUR

- la réduction des espaces d’occupation des sites par les activités non sportives et la réduction de la durée d’occupation des sites (montage et démontage inclus)

- la réalisation d’études d’impact pour la prévention des nuisances sonores et lumineuses autour des sites et, notamment, des « fan zones » du Trocadéro et de la Villette, avec la mise en place d’un

groupe de travail avec les associations de riverains sur la pollution lumineuse

- la conduite de trois études d’impact concernant l’épreuve cycliste à travers Paris, l’épreuve en vallée de Chevreuse et l’occupation du Petit Palais (maison des athlètes)

-la réalisation d’études d’impact pour la prévention des îlots de chaleur

- la remise en état rapide et l’amélioration des sites non sportifs

- l’amélioration des équipements sportifs au profit de la pratique hors compétition des Franciliens

- la négociation de compensations, notamment avec la Ville de Paris sur les sites posant problème (Roland-Garros) dans le cas où l’évitement ne serait pas possible

- l’amélioration de l’environnement pour les Franciliens avec la réalisation de la Seine baignable et les mesures « pour un Paris respirable »

FNE Ile-de-France est dans les starting-blocks pour être force de propositions et suivre dans les années à venir le respect des engagements environnementaux.

Muriel MARTIN-DUPRAY et Marc AMBROISE-RENDU

FNE Ile-de-France