En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

Contactez-nous
RSS
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Le vaste champ d’expansion des crues de la Seine, situé dans la plaine alluviale de la Bassée, en Seine-et-Marne, entre Nogent-sur-Seine et Montereau-Fault-Yonne, constitue un enjeu tant économique qu’écologique qui devra mobiliser les associations locales, siégeant de droit dans la Commission locale de l’eau (CLE) du SAGE « Bassée-Voulzie lancé par le préfet de l’Aube

 

170 p 18 ou 19 N 2 La Bassée Bras de Seine à Marolles sur Seine Chrisitan WEISS

 

Les enjeux forts de la Bassée

Dans le cas de la lutte contre les risques d’inondation, l’homme représente l’acteur essentiel de l’évolution. L’équilibre doit être recherché entre le système naturel, la rivière, qui, de temps en temps, manifeste sa puissance, et l’homme qui, dans les périodes les plus calmes, a tendance à venir s’installer sur un territoire potentiellement dangereux. Une solution consiste à montrer, voire à mettre en scène, l’eau et le risque. Ne pas gérer les crues faibles pour montrer que certaines zones sont régulièrement inondées constitue un exemple simple de ce principe. Les enjeux de ce territoire, qui s’organisent autour d’une plaine alluviale exceptionnelle, sont très forts : la protection et la restauration de milieux aquatiques et de zones humides d’intérêt national, la préservation de prairies inondables naturelles et la lutte contre les inondations à l’aval de l’unité hydrographique, en restaurant la fonctionnalité des continuités écologiques, et, enfin, la préservation des eaux souterraines. Ainsi, les mesures associées à la préservation des zones humides se partagent entre entretien, gestion adaptée, connaissance et identification, acquisition foncière, reconquête.

 

La rivière, un écosystème dynamique

Une rivière constitue un écosystème dynamique qui doit pouvoir fonctionner dans des conditions hydrologiques très diverses — étiages et crues en constituant des exemples — et pouvoir évoluer au fil du temps. Gérer les crues et/ou leurs conséquences par des techniques d’ingénierie écologique nécessite de conserver autant que possible ce caractère naturel tout en utilisant les propriétés mêmes de la rivière pour limiter les conséquences de ces excès. Il convient, notamment, de diminuer le ruissellement sur les bassins versants, de ralentir au maximum les écoulements en amont et de conserver les zones d’expansion des crues.

 

La biodiversité piscicole

La plupart des espèces de poissons vivant dans la Bassée avant la révolution industrielle sont encore présentes, à l’exception des espèces migratrices qui ont quasiment disparu. Au total, quarante-six espèces de poissons sont observées aujourd’hui sur l’ensemble du réseau hydrographique du bassin de la Seine. Mais leurs peuplements se dégradent de la périphérie vers le centre du bassin, notamment en Île-de-France.

 

Un phénomène sociétal

Lorsque l’on veut gérer des crues, cet objectif est essentiellement sociétal : les crues constituent un phénomène naturel positif pour les écosystèmes — même si les conséquences environnementales d’une crue sévère sont dommageables. Il y a donc incompatibilité entre le contrôle des crues et le maintien d’un fonctionnement naturel des milieux aquatiques et des écosystèmes qui leur sont associés. Rechercher un compromis apparaît possible en proposant les mesures nécessaires à la protection des populations tout en minimisant les conséquences écologiques et environnementales concernant ces aménagements. La question de l’entretien des ouvrages de protection contre les crues est particulièrement sensible et difficile. Ils ne sont, en effet, sollicités que très rarement, une fois tous les sept ans selon l’établissement public territorial de Bassin Seine Grands Lacs (SGL).

 

Contrôle des crues et hiérarchie des risques

Le contrôle des crues en un point particulier nécessite donc une réflexion sur l’ensemble de la partie amont du bassin versant pour trouver des solutions efficaces. Il demande également une réflexion sur l’ensemble de la partie aval pour étudier les conséquences potentielles des actions. Cette nécessaire solidarité amont-aval est souvent difficile à mettre en œuvre. Les communes, souvent rurales, à l’amont des bassins versants ne comprennent pas que les communes, souvent urbaines et « plus riches », de l’aval leur demandent des efforts pour contrôler les ruissellements. Une réflexion globale sur la rivière et sa mise en œuvre dans le cadre d’un schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) permet d’agir à la bonne dimension spatiale. Le SAGE Bassée-Voulzie, en cours d’émergence, devra concilier cet enjeu socio-économique d’équilibre qui doit satisfaire à l’objectif du bon état des masses d’eau.

 

Évaluation économique des services de régulation

Lors d’une crue, l’eau se déverse dans le lit majeur de la rivière, partie qui n’est inondée qu’en cas de crue. Les surfaces inondées stockent ainsi un grand volume d’eau et forment les champs d’expansion des crues. Ces champs d’expansion rendent service à l’homme en retardant et en atténuant la pointe de crue et en limitant les dégâts causés par celle-ci, notamment sur les zones urbaines.

Deux approches ont été utilisées pour évaluer ce service : le coût des dommages évités et le montant des travaux nécessaires pour se protéger d’un volume d’eau équivalent à celui stocké par les champs d’expansion. Il s’agit, le plus souvent, du coût de construction d’un barrage dont la durée de vie est estimée à cent ans.

Le bénéfice économique issu du service d’écrêtement des crues des zones humides est assez homogène entre les différentes etudes, mais celui-ci se révèle plus élevé lorsque l’on utilise la méthode des coûts de remplacement par rapport à la méthode des dommages évités. La manière dont la société réagit face à la disparition d’un service rendu — remplacer le service par une infrastructure artificielle, se protéger contre les conséquences de cette perte ou subir les dommages — est donc primordiale. Les bénéfices seront plus élevés si les enjeux protégés se trouvent être l’agglomération parisienne et non pas un quartier d’un village de la Manche !

Ainsi, pour la plaine alluviale de la Bassée, le commissariat général du développement durable évalue économiquement le rôle d’écrêtement des crues par le coût de remplacement (travaux nécessaires pour se protéger), de 185 à 570 €/ha/an et par le coût des dommages dus à l’inondation de 113 à 163 €/ha/an pour un champ d’expansion de 6 500 ha.

En conclusion, au regard de ces chiffres et de cet argumentaire, il est préférable de préserver, de privilégier et de conforter le champ d’expansion des crues de la Seine dans la Bassée en raison des multiples fonctionnalités qui en découlent, plutôt que de construire de nouveaux ouvrages dans son lit majeur, dont le coût élevé d’exploitation devra être supporté par la collectivité.

 

Stanislas LAMARCHE

Nature Environnement 77

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter
"Biodiversité et terres agricoles" : les actes des rencontres
23/04/2018

Retrouvez la synthèse des actes des rencontres "Biodiversité et terres agricoles : agir ensemble, agir maintenant" qui se sont tenues le mercredi 29 novembre 2017 à Paris.
e retrace les échanges riches de cette journée qui a rassemblé agricul [ ... ]

Infrastructures électriques : une biodiversité peut trouver sa place
23/02/2018

La production d’électricité en Île-de-France couvre 5 % des besoins de la région. C’est dire l’importance du réseau de transport d’électricité, thème qui a fait l’objet de notre visite des infrastructures RTE, le 10 octobre dernier. [ ... ]

Un plan de protection de l’atmosphère très insuffisant !
23/02/2018

La mauvaise qualité de l’air est responsable, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (avril 2017), de 55 130 décès prématurés par an en France, soit environ 11 000 dans notre  [ ... ]

La lente concrétisation des trams-trains en Ile-de-France
23/02/2018

À l’occasion de l’ouverture de la première phase de la tangentielle nord, désormais nommée Tram 11 Express, nous revenons sur ce projet et les deux autres lignes de tram-train prévues en Île-de-France. Alors que l’on pouvait penser que le [ ... ]

Défendre les bienfaits des espace verts publics en ville
23/02/2018

Après sept mois d’actions du collectif Cœur de plateau, il est apparu nécessaire de se regrouper avec les nombreuses villes franciliennes touchées par ces problématiques. En juillet 2017, la Coordination de préservation des espaces verts et p [ ... ]

La bétonisation s’accélère dans la métropole capitale
23/02/2018

Métropole du Grand Paris, JO 2024, appels à projets urbains de Paris ou de la MGP, voilà de bons prétextes que les élus et l’État saisissent pour accélérer la bétonisation de Paris et de sa région. FNE Ile-de-France revient sur les chanti [ ... ]

Reconquête des fonds de vallées
22/02/2018

Dans le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, les fonds de vallées humides retrouvent désormais une valorisation pastorale dans un circuit agricole de proximité.refois utilisées par l’élevage et les productions maraîch [ ... ]

Sites et sols pollués
20/02/2018

HÉRITÉS DU PASSÉ INDUSTRIEL EN SEINE-SAINT-DENISa Seine-Saint-Denis porte les traces profondes d’une mise en exploitation intense et durable, commencée dans la première moitié du XIX e siècle, époque qui n’avait, bien sûr, instauré a [ ... ]

Le site classé de la Feuilleraie menacé
20/02/2018

Petit village de l’Essonne situé dans une des boucles de l’Yerres, aux frontières de la Seine-et-Marne et du Val-de-Marne, Varennes-Jarcy a su jusqu’à présent résister aux dents carnassières de l’urbanisme galopant de la région parisie [ ... ]

Projet logistique à Fouju-Crisenoy
20/02/2018

La ZAC des Bordes va-t-elle devenir la ZAD des Bordes ? Suite à la dernière réunion publique à laquelle FNE Seine-et-Marne participait, cette question se pose tant l’exaspération est grande au sein de la population du hameau des Bordes et de  [ ... ]

Autres articles

ACTUALITÉ

"Biodiversité et Terres agricoles"
les actes des rencontres
disponibles

Affiche Biodiversite web

 Télécharger
la synthèse des actes
&
les fiches des ateliers
et
Réécouter les échanges

RASSEMBLEMENT

FÊTE DES TERRES
DE GO
NESSEAffiche 27052018Dimanche 27 mai 2018
de 10h à 18h

Plus d'infos : http://nonaeuropacity.com/

LIAISON n°181

vignette 181

Dernière Edition

Démocratie Participative

 Mobilisons-nous
pour la démocratie participative
en faveur de l'environnement
demo participativeSynthèse de la rencontre
du 12 décembre 2017

Deux succès pour les associations

Non à Europacity

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise annule l’arrêté préfectoral de création de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Triangle de Gonesse

voir le communiqué de presse du 7 mars 2018

 

Agir contre les nuisances aériennes

Les recours des associations contre les Plans de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) sont déclarés recevables

télécharger le communiqué de presse du 9 mars 2018

L'air en Bulles

couv bd air en bulles

La BD L'air en Bulles destinée aux élèves de CM1, CM2 et collégiens de 6ème, 5ème est en ligne.

Retrouvez également la boite à outils pour les enseignants et animateurs.

Télécharger la BD

Télécharger la boite à outils

Nouveauté

Essonne Nature Environnement
vous présente son nouvel ouvrage
"L'identité de l'Essonne - ses villes et villages"

réalisé avec le concours du Conseil Départemental de l'Essonne

couverture livre ENE

 

LIAISON SPECIAL BRUIT

LIAISON BRUIT 2017 Page 01

Jeux Olympiques - Paris 2024

Les dimensions de l’événement JO Paris 2024 et ses conséquences sur la région Ile-de-France incitent FNE Ile-de-France à s'en préoccuper.

Lire le communiqué de presse FNE/FNE Ile-de-France du 13 août 2017

Lire l'Avis de FNE Ile-de-France sur les JO à Paris

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX EN ILE-DE-FRANCE

carte cop21Carte interactive

Go to top
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com