En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

Contactez-nousRSSSuivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Le vaste champ d’expansion des crues de la Seine, situé dans la plaine alluviale de la Bassée, en Seine-et-Marne, entre Nogent-sur-Seine et Montereau-Fault-Yonne, constitue un enjeu tant économique qu’écologique qui devra mobiliser les associations locales, siégeant de droit dans la Commission locale de l’eau (CLE) du SAGE « Bassée-Voulzie lancé par le préfet de l’Aube

 

170 p 18 ou 19 N 2 La Bassée Bras de Seine à Marolles sur Seine Chrisitan WEISS

 

Les enjeux forts de la Bassée

Dans le cas de la lutte contre les risques d’inondation, l’homme représente l’acteur essentiel de l’évolution. L’équilibre doit être recherché entre le système naturel, la rivière, qui, de temps en temps, manifeste sa puissance, et l’homme qui, dans les périodes les plus calmes, a tendance à venir s’installer sur un territoire potentiellement dangereux. Une solution consiste à montrer, voire à mettre en scène, l’eau et le risque. Ne pas gérer les crues faibles pour montrer que certaines zones sont régulièrement inondées constitue un exemple simple de ce principe. Les enjeux de ce territoire, qui s’organisent autour d’une plaine alluviale exceptionnelle, sont très forts : la protection et la restauration de milieux aquatiques et de zones humides d’intérêt national, la préservation de prairies inondables naturelles et la lutte contre les inondations à l’aval de l’unité hydrographique, en restaurant la fonctionnalité des continuités écologiques, et, enfin, la préservation des eaux souterraines. Ainsi, les mesures associées à la préservation des zones humides se partagent entre entretien, gestion adaptée, connaissance et identification, acquisition foncière, reconquête.

 

La rivière, un écosystème dynamique

Une rivière constitue un écosystème dynamique qui doit pouvoir fonctionner dans des conditions hydrologiques très diverses — étiages et crues en constituant des exemples — et pouvoir évoluer au fil du temps. Gérer les crues et/ou leurs conséquences par des techniques d’ingénierie écologique nécessite de conserver autant que possible ce caractère naturel tout en utilisant les propriétés mêmes de la rivière pour limiter les conséquences de ces excès. Il convient, notamment, de diminuer le ruissellement sur les bassins versants, de ralentir au maximum les écoulements en amont et de conserver les zones d’expansion des crues.

 

La biodiversité piscicole

La plupart des espèces de poissons vivant dans la Bassée avant la révolution industrielle sont encore présentes, à l’exception des espèces migratrices qui ont quasiment disparu. Au total, quarante-six espèces de poissons sont observées aujourd’hui sur l’ensemble du réseau hydrographique du bassin de la Seine. Mais leurs peuplements se dégradent de la périphérie vers le centre du bassin, notamment en Île-de-France.

 

Un phénomène sociétal

Lorsque l’on veut gérer des crues, cet objectif est essentiellement sociétal : les crues constituent un phénomène naturel positif pour les écosystèmes — même si les conséquences environnementales d’une crue sévère sont dommageables. Il y a donc incompatibilité entre le contrôle des crues et le maintien d’un fonctionnement naturel des milieux aquatiques et des écosystèmes qui leur sont associés. Rechercher un compromis apparaît possible en proposant les mesures nécessaires à la protection des populations tout en minimisant les conséquences écologiques et environnementales concernant ces aménagements. La question de l’entretien des ouvrages de protection contre les crues est particulièrement sensible et difficile. Ils ne sont, en effet, sollicités que très rarement, une fois tous les sept ans selon l’établissement public territorial de Bassin Seine Grands Lacs (SGL).

 

Contrôle des crues et hiérarchie des risques

Le contrôle des crues en un point particulier nécessite donc une réflexion sur l’ensemble de la partie amont du bassin versant pour trouver des solutions efficaces. Il demande également une réflexion sur l’ensemble de la partie aval pour étudier les conséquences potentielles des actions. Cette nécessaire solidarité amont-aval est souvent difficile à mettre en œuvre. Les communes, souvent rurales, à l’amont des bassins versants ne comprennent pas que les communes, souvent urbaines et « plus riches », de l’aval leur demandent des efforts pour contrôler les ruissellements. Une réflexion globale sur la rivière et sa mise en œuvre dans le cadre d’un schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) permet d’agir à la bonne dimension spatiale. Le SAGE Bassée-Voulzie, en cours d’émergence, devra concilier cet enjeu socio-économique d’équilibre qui doit satisfaire à l’objectif du bon état des masses d’eau.

 

Évaluation économique des services de régulation

Lors d’une crue, l’eau se déverse dans le lit majeur de la rivière, partie qui n’est inondée qu’en cas de crue. Les surfaces inondées stockent ainsi un grand volume d’eau et forment les champs d’expansion des crues. Ces champs d’expansion rendent service à l’homme en retardant et en atténuant la pointe de crue et en limitant les dégâts causés par celle-ci, notamment sur les zones urbaines.

Deux approches ont été utilisées pour évaluer ce service : le coût des dommages évités et le montant des travaux nécessaires pour se protéger d’un volume d’eau équivalent à celui stocké par les champs d’expansion. Il s’agit, le plus souvent, du coût de construction d’un barrage dont la durée de vie est estimée à cent ans.

Le bénéfice économique issu du service d’écrêtement des crues des zones humides est assez homogène entre les différentes etudes, mais celui-ci se révèle plus élevé lorsque l’on utilise la méthode des coûts de remplacement par rapport à la méthode des dommages évités. La manière dont la société réagit face à la disparition d’un service rendu — remplacer le service par une infrastructure artificielle, se protéger contre les conséquences de cette perte ou subir les dommages — est donc primordiale. Les bénéfices seront plus élevés si les enjeux protégés se trouvent être l’agglomération parisienne et non pas un quartier d’un village de la Manche !

Ainsi, pour la plaine alluviale de la Bassée, le commissariat général du développement durable évalue économiquement le rôle d’écrêtement des crues par le coût de remplacement (travaux nécessaires pour se protéger), de 185 à 570 €/ha/an et par le coût des dommages dus à l’inondation de 113 à 163 €/ha/an pour un champ d’expansion de 6 500 ha.

En conclusion, au regard de ces chiffres et de cet argumentaire, il est préférable de préserver, de privilégier et de conforter le champ d’expansion des crues de la Seine dans la Bassée en raison des multiples fonctionnalités qui en découlent, plutôt que de construire de nouveaux ouvrages dans son lit majeur, dont le coût élevé d’exploitation devra être supporté par la collectivité.

 

Stanislas LAMARCHE

Nature Environnement 77

Plan régional Santé Environnement 3 (PRSE3)
19/12/2017

L'avis très critique de FNE Ile-de-France   a santé est, selon la définition de l’OMS, le complet bien-être d’un individu et non juste l’absence de maladies ou d’infirmités. C’est une notion complexe, prenant en compte de nombr [ ... ]

CONSTRUIRE DANS UN RAYON DE 500 MÈTRES AUTOUR DES GARES
19/12/2017

ZOOM SUR FONTENAY-AUX-ROSES   Les lois Grenelle II, Grand Paris, Alur, Métropole… ont toutes comme finalité l’augmentation de la construction de logements pour résoudre la crise des mal-logés, la croissance naturelle de la population e [ ... ]

L’agriculture et la protection des terres agricoles en Ile-de-France
18/12/2017

Pouvoir se nourrir à proximité de nos lieux de vie est un impératif pour la protection de notre planète et pour la protection du vivant dont nous faisons partie. Nous sommes 12 millions d’habitants en Ile-de-France et nous importons 90 % de not [ ... ]

Les friches urbaines : UNE RICHESSE POUR LA SEINE-SAINT-DENIS
18/12/2017

Délaissés d’autoroutes, anciennes carrières, espaces agricoles abandonnés sont des espaces méconnus, souvent dépréciés, appelés aussi friches, terrains vagues ou dents creuses suivant les circonstances. Pourtant ces espaces qui permettent  [ ... ]

Déviation de la RN19 à Boissy-Saint-Léger : AU BOUT DU TUNNEL, LE PASSAGE A FAUN...
18/12/2017

Le collectif Les Amis de la forêt Notre-Dame et l’association Vivre à Villecresnes, signataires et partenaires de la troisième charte forestière de territoire du massif forestier de l’Arc boisé, défendent la réalisation du passage à faune [ ... ]

Densification et conséquences des chantiers du Grand Paris
03/10/2017

Dans le contexte du dérèglement climatique, cette politique de « bétonisation » du moindre espace dans Paris intra muros n’est plus acceptable aujourd’hui. Comme le dit l’architecte Albert Lévy, « c’est un autre urbanism [ ... ]

A1 pour un tunnel intelligent
03/10/2017

Le Collectif Lamaze, le Comité Porte de Paris et l’Union des Associations des Riverains du Stade de France sont trois organisations citoyennes dont l’objectif fondateur est de favoriser une cohérence territoriale et l’amélioration de la qual [ ... ]

Saint-Rémy-lès-Chevreuse, l’extension de la gare contestée
03/10/2017

La RATP prévoit d’augmenter de 62 % le parc de stockage actuel de ses trains en plein cœur de ville. Riverains et associations montent au créneau. On vient à Saint-Rémy en RER, mais on se retrouve vite en pleine nature : espaces agr [ ... ]

L’Autorité environnementale, une expertise utile pour éclairer les décisions pub...
03/10/2017

Trop souvent méconnu du grand public, cet organisme est chargé d’examiner en amont les projets, plans ou programmes afin de mieux prendre en compte les enjeux environnementaux. L’Ae ou « formation d’autorité environnementale du conse [ ... ]

Les riverains du Parc de la Villette remportent une victoire contre le bruit
03/10/2017

Le 17 mars, le tribunal de police du 19e arrondissement de Paris a condamné le Zénith et son directeur à 81 000 euros d’amendes pour émission de bruit supérieur aux normes et à verser à une habitante du quartier 31 5 [ ... ]

Autres articles

LIAISON n°179

0001

Dernière Edition

AGENDA

Jan
27

27/01/2018 14:30 - 17:00

Fév
3

03/02/2018 9:00 - 12:00

Fév
4

04/02/2018 9:00 - 12:00

Fév
10

10/02/2018 - 11/02/2018

NOUVEAU

couv bd air en bulles

La BD L'air en Bulles destinée aux élèves de CM1, CM2 et collégiens de 6ème, 5ème est en ligne.

Retrouvez également la boite à outils pour les enseignants et animateurs.

Télécharger la BD

Télécharger la boite à outils

Jeux Olympiques - Paris 2024

Les dimensions de l’événement JO Paris 2024 et ses conséquences sur la région Ile-de-France incitent FNE Ile-de-France à s'en préoccuper.

Lire le communiqué de presse FNE/FNE Ile-de-France du 13 août 2017

Lire l'Avis de FNE Ile-de-France sur les JO à Paris

LIAISON SPECIAL BRUIT

LIAISON BRUIT 2017 Page 01

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX EN ILE-DE-FRANCE

carte cop21Carte interactive

REPONDEZ A L'ENQUETE

j agis pour la qualite de l air DRIEE 1

qualité de l'air

JSN Boot template designed by JoomlaShine.com