En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

Contactez-nousRSSSuivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Il aura fallu vingt-cinq ans pour que la cité musicale émerge de la pointe aval de l’île Seguin… à la place de l’ancienne usine de production d’électricité de Renault, un patrimoine industriel remarquable, dont la conservation aurait été souhaitable. Son objectif, rendre la musique accessible à tous, est fort louable et fait espérer des tarifs adaptés.

seine musicale ile seguin

Une immense proue de paquebot en béton, ancrée au milieu du fleuve, porte une énorme sphère bardée de croisillons de bois, surmontée d’une voile constituée de panneaux photovoltaïques tournant autour de la sphère en suivant la course du soleil. Construite sur 2,35 ha cédés par la ville de Boulogne-Billancourt pour 1 euro symbolique au département des Hauts-de-Seine, la Seine musicale, imaginée par l’architecte japonais Shigeru Ban associé à l’architecte français Jean de Gastines, comprend de nombreuses salles de spectacle, des studios d’enregistrement, des locaux de répétition et d’enseignement ainsi que des commerces dédiés à la culture, des cafés et des restaurants. Des promenades intérieures et extérieures ainsi qu’un jardin complètent cet immense vaisseau de béton brut. À signaler qu’aucun recours de riverains ou d’associations n’a été déposé, ce qui a permis une mise en chantier rapide.

Concerts et enseignement

Deux grandes salles de concerts accueilleront les spectateurs : l’une, entre 4 000 et 6 000 places, pour des pièces de théâtre, de la musique symphonique, des comédies musicales, concerts et conférences ; l’autre, un auditorium de plus de 1 000 places, pour la musique symphonique ou contemporaine. Un comité de programmation et de direction artistique a été mis en place : son directeur est Jean-Luc Choplin (directeur du Châtelet), et Laurence Equilbey, avec son Insula Orchestra, y sera en résidence. Une quarantaine de spectacles seront programmés annuellement dès la fin avril 2017, de la comédie musicale (West Side Story) à la Création de Haydn en passant par des joutes musicales avec Jean-François Zygel. Des espaces de répétition et d’enseignement accueilleront la Maîtrise des Hauts-de-Seine, le chœur d’enfants de l’Opéra de Paris et l’Académie musicale du contre-ténor Philippe Jaroussky. Trois lignes de transports en commun - Tram T2, ligne 9 du métro et future ligne 15 du Grand Paris Express – amèneront spectateurs et visiteurs au droit des ponts et passerelles desservant l’île. Les premiers projets d’aménagement prévoyaient une île sans voitures afin de contraster avec son passé immédiat : nous espérons que cet objectif sera maintenu sachant que des parkings souterrains existent sur l’ancien trapèze Renault.

 

Un partenariat public-privé (PPP) à surveiller

Le PPP choisi par le département des Hauts-de-Seine n’est pas sans créer quelques inquiétudes pour le contribuable, au regard des critiques formulées sur ce système par le Sénat qui le trouve trop coûteux. 120 millions ont été apportés par le département sur les 170 millions du coût théorique de la cité, le reste ainsi que le fonctionnement pendant vingt-sept-ans devant être assurés par un consortium de financiers

(Bouygues, TF1, Sodexo…). Il sera important de bien connaître le bilan financier de cette opération une fois achevée et les clauses du PPP qui demeurent pour le moment inconnu des Altoséquanais.

 

Michel RIOTTOT

Président d’honneur de FNE Ile-de-France

Site internet : www.laseinemusicale.com/fr/

Go to top
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com